Sommaire

Le cancer du sein est une maladie redoutée par les femmes, qui se décline sous de nombreuses formes. Arrêtons-nous sur l'une d'entre elles : le carcinome lobulaire infiltrant.

Carcinome lobulaire infiltrant : définition

Le sein peut être le siège du développement de différents types de cancers. Le carcinome lobulaire infiltrant fait partie de ceux-ci :

  • Il se développe à partir d'un lobule de la glande mammaire, lieu de production du lait. Contrairement à d'autres types de cancers mammaires, il ne forme pas une masse ovoïde bien précise, mais se présente sous forme de bande, ce qui peut rendre son diagnostic plus difficile.
  • Il peut apparaître à différents endroits d'un même sein, et, dans 1 cas sur 5, il affecte les deux seins.
  • Il fait partie des formes invasives de cancer car ses cellules se propagent dans les tissus graisseux avoisinants.
  • Il est plus rare que les cancers infiltrants qui affectent les canaux galactophores, chargés de transporter le lait vers le mamelon.
  • À un stade plus avancé de développement, il gagne les ganglions lymphatiques situés au niveau des aisselles et risque de se propager dans l'organisme. La mutation d'un gène, le CDH1, peut favoriser son apparition.

Diagnostic du carcinome lobulaire infiltrant

À l'examen visuel, la peau en regard de la lésion est parfois un peu épaissie et rétractée. En raison de sa forme particulière, la mammographie ne permet pas toujours de le détecter, il peut en revanche être mis en évidence plus facilement par échographie ou IRM. Ce dernier est l'examen le plus précis, qui permet d'avoir une bonne idée de la taille de la lésion.

Une biopsie permet de faire un prélèvement de la lésion cancéreuse afin de l'étudier au microscope, déterminer le « grade » du cancer, de 1 à 3 selon la vitesse de développement de la tumeur. Elle permet également de déterminer si le cancer lobulaire infiltrant est :

  • hormonodépendant (c'est-à-dire influencé par les hormones), ce qui est souvent le cas ;
  • ou très sensible à un facteur de croissance, en raison de la présence en grand nombre de récepteurs en surface des cellules, HER2 : on parle alors de tumeur "HER2 positive".

Ces informations sont précieuses pour déterminer les modalités du traitement.

Carcinome lobulaire infiltrant : traitement

Comme son diagnostic est difficile, la prise en charge des patientes est en général assez tardive. Elle repose sur différentes approches complémentaires.

Chirurgie

En cas de carcinome lobulaire infiltrant, le traitement repose d'abord sur une chirurgie visant à retirer les lésions cancéreuses. Deux options sont possibles :

  • soit l'ablation totale du ou des seins touché(s), la mastectomie ;
  • soit une chirurgie conservatrice, où seule la lésion cancéreuse est éliminée.

Les spécialistes utilisent une méthode, appelée « technique du ganglion sentinelle » pour déterminer s'il est nécessaire ou non de procéder à l'ablation des ganglions lymphatiques (le curage ganglionnaire) des aisselles. Ils examinent le premier de ces ganglions : s'il ne présente pas de cellules cancéreuses, l'élimination des autres n'est pas indispensable.

Radiothérapie

En complément de la chirurgie, une radiothérapie est généralement mise en œuvre pour limiter les risques de récidive du cancer. Des séances quotidiennes, 5 jours sur 7, sont menées sur un nombre de semaines variables.

Chimiothérapie

Une chimiothérapie est parfois menée avant l'étape chirurgicale, lorsque la lésion cancéreuse est de taille trop importante pour envisager directement son ablation. Elle peut également être conduite après l'opération, pour réduire les risques de récidive.

Hormonothérapie

Lorsqu'une femme est atteinte d'un cancer du sein hormono-dépendant, différents types de traitements hormonaux lui sont proposés, en parallèle des autres interventions évoquées :

  • des inhibiteurs de l'aromatase, qui s'opposent à la production des œstrogènes ;
  • des antioœstrogènes comme le tamoxifène, qui « prennent la place » de cette hormone au niveau de ses récepteurs cellulaires ;
  • des androgènes ou des progestatifs.
Lire l'article Ooreka

En cas de surexpression des récepteurs HER2

Le Trastuzumab (Herceptin) est un médicament destiné aux femmes dont la tumeur est HER2 positive, pour freiner sa croissance.. La durée du traitement est de 1 an, il est injecté par voie veineuse, parfois en même temps que la chimiothérapie.

Aussi dans la rubrique :

Comprendre le cancer du sein

Sommaire